Les Fraternités de la Mission populaire ont besoin de votre soutien !

” S’unir. Être vingt au lieu d’un. Avoir quarante mains au lieu de deux. Vingt cerveaux au lieu d’un seul, pour réfléchir et penser. S’unir. Se mettre tous ensemble pour accomplir un même travail ; pour défendre une même idée ; pour poursuivre un même but; pour vivre une même vie.”
Aimée Degallier-Martin (totem Lézard), Le livre de Lézard, publié par une éclaireuse genevoise dans les années 1920.

Chers ami.e.s,

Voilà plus d’un an que la pandémie du Covid 19 a bouleversé notre existence. Voilà un an que les équipiers, les bénévoles et les salariés poursuivent leur travail au sein des Fraternités auprès des plus démunis. Aujourd’hui dans cette période de doutes et d’incertitudes, où nous avons tant besoin de collectif et de fraternité j’avais envie de partager à nouveau avec vous quelques lignes du « Lézard », bien connu des éclaireuses.

Grâce à votre soutien et aussi à leurs efforts pour trouver des financements exceptionnels, les Fraternités ont réussi à tenir pendant l’année 2020 mais les perspectives financières pour 2021 sont très inquiétantes car les aides ponctuelles n’ont pas vocation à perdurer. Les dernières semaines ont démontré combien il était difficile de se projeter. Les équipes dans les fraternités sont épuisées. Et en même temps, il faut continuer car le public accueilli a besoin de nous … et nous de vous.

Et c’est en s’unissant tous ensemble que la Mission Populaire pourra poursuivre son travail de solidarité au sein des fraternités.

Bien amicalement,

Sophie Simon-Clouzet,
Secrétaire Générale

Jeunesse confinée

A la Frat de Rouen, l’accompagnement scolaire s’est malgré tout poursuivi en présentiel avec des bénévoles volontaires mais sur rdv individuel et sous forme de cours particulier.

La Frat de Trappes, fermée courant mars face au nombre grandissant de cas Covid, a mis en place un accompagnement scolaire en distanciel depuis plusieurs semaines. Ayant, dès le 1er confinement, formé bénévoles et familles et fait l’acquisition de quelques tablettes, tous sont malheureusement plus expérimentés qu’il y a 1 an.

Et, comme à Marseille, s’il n’y a pas de centre de loisirs en présentiel, tous continuent à garder le lien avec les familles et les enfants grâce à des jeux en ligne.

Tenir jusqu’au jour d’après

A la Maison Verte, la Fraternité de Nantes et le Foyer de Grenelle, les activités des braderies et magasins solidaires sont durement impactés après une année de pandémie, et ces manques à gagner pèsent sur leurs budgets.

Un toit pour demain

Et en même temps, malgré la crise, les Frats de Nantes pour le foyer d’hébergement, Saint-Nazaire avec la réfection de l’électricité, Marseille pour sa toiture et la Maison Ouverte se sont engagées dans des travaux importants de rénovation qu’elles doivent mener à bien.

Partager un repas

A la Frat’Aire, les déjeuners du vendredi ne pouvant plus se tenir, l’équipe de bénévoles continue à se retrouver pour cuisiner ensemble et livre ensuite les repas à domicile.

La Frat’Aire dont les activités sont centrées sur la dimension culturelle et le collectif sont fermées depuis plusieurs mois.

Personne ne voit le bout de cette pandémie et toutes les Frats s’inquiètent pour leur avenir.

Dans cette période d’incertitude et d’instabilité, la Mission Populaire a besoin du soutien de chacun d’entre vous pour qu’ensemble nous puissions soutenir le travail des Fraternités auprès des accueillis. Vous pouvez si vous le souhaitez, vous inscrire dans une solidarité pérenne et faire le choix de faire un don mensuel.

Choisissez le don en ligne via HelloAsso sur notre site :
https://www.helloasso.com/associations/mission-populaire-evangelique-de-france/formulaires/1/widget

ou par virement : https://missionpopulaire.org/faire-un-don/