La rentrée des des Frats entre contrainte et invention

Montreuil. La plupart des activités de la Maison Ouverte de Montreuil (93) ont repris en adoptant les gestes sanitaires nécessaires. Certaines ont du s’adapter, comme l’accueil des migrants par la CIMADE qui passe par un filtre par téléphone. La Gratiféria (marché de la gratuité) de début octobre a été annulée mais la fête de rentrée a pu se tenir, ainsi que les portes ouvertes d’ateliers d’artistes ce prochain week-end. Les groupes bibliques ont repris, travaillant sur le thème de la prochaine Cafetière, l’émancipation et une marche méditative va se dérouler entre les parcs de Montreuil. La Maison Ouverte s’engage avec une soirée de soutien au peuple libanais, la participation à l’accueil des participants à la Marche nationale des sans-papiers qui passera par Montreuil les 15 et 16 octobre (manif à Paris le 17), une soirée avec Amnesty Internationale pour les droits des femmes en Arabie Saoudite et l’accompagnement d’un projet de tribunal international des peuples sur Djibouti…  De nouveaux projets sont en chantier : un ciné-club, une scène ouverte pour les jeunes artistes, une banque des savoirs-faires militants…

Maison Verte, Paris 18e. Toutes les activités ont repris mais avec une baisse importante du nombre de bénévoles à cause du Covid : presque la moitié moins de bénévoles pour l’accueil social par exemple. C’est encore plus difficile du côté du soutien scolaire : de ce fait un l’accueil des collégiens le mardi est pour l’instant suspendu. Les appels à de nouveaux bénévoles ont permis l’arrivée de nouvelles personnes pour les vestiaires et les cours de français. Ce sont plutôt les bénévoles issus du quartier qui continuent à venir et ceux qui doivent prendre les transports qui ne viennent plus. La braderie de la rentrée a été annulée en raison des interdictions de la préfecture. Les bénévoles ont trié les stocks de vêtements inutilisés pour les partager avec les associations accompagnant les migrants à la rue.

Trappes. Reprise quasi normale. 135 élèves pour les ateliers de français, de nouveaux inscrits tous les jours. 80 enfants inscrits malgré des bénévoles en moins. Pour ne pas priver les enfants, la Frat a décidé d’embaucher pour quelques heures un jeunes un étudiant en année de césure. L’atelier informatique a aussi repris avec quatre postes sur sept et des mesures sanitaires appropriées. L’accueil social a repris avec énormément de monde. La Frat’ accueille des élèves de 16 écoles différentes, ce qui accroit les risques du côté du Covid, les enfants portent donc le masque. Deux nouveaux bénévoles et deux mères de familles musulmanes très actives dans la Fraternité ont intégré le CA comme invitées permanentes (avant d’être éventuellement élue par l’AG) : une préparation va être faite pour qu’elles puissent avoir les informations pour comprendre ce qui s’y dit et puissent ainsi prendre pleinement leur place.« On sent une envie importante d’être là, à nouveau ensemble ».

St Nazaire. Toutes activités ont repris sauf le petit déjeuner solidaire car les travaux notamment de la cuisine ne sont pas terminés. Belle dynamique de reprise qui fait suite à la reprise de mai-juin. Il y a eu un coups de stress et l’annulation de l’AG en raison d’une suspicion de covid d’une salariée. Les contacts établis pendant le confinement avec des familles dans le besoin ont perduré avec un soutien alimentaire. Un chômage important se développe sur le bassin nazairien avec les intérimaires du chantier naval qui ne sont pas repris avec des personnes en vraie difficulté. Ces personne déjà précaires dans l’emploi deviennent précaires plus largement. Il y a une arrivée importante – depuis Nantes – de réfugiés qui dorment sur la plage. La Frat’ voit avec les autres associations quoi faire. En cette rentrée, des associations nouvelles investissent la Frat’, amenant de la vie, des échanges et un soutien financier à la Fraternité.

Rouen. L’été n’a pas été comme les autres. Habituellement,  l’accueil de loisir n’a lieu qu’en juillet, cet été, il a aussi accueilli des enfants en août. Cela a permis à des familles de souffler un peu. Mais pour moins de monde : 15 enfants au lieu de 24. Cela a donné une dynamique pour l’accueil scolaire et le loisir, avec des nouvelles familles qui compensent des anciennes familles qui n’envoient plus les enfants de peur du Covid ou dont les enfants n’ont plus l’âge de venir. La fermeture du vestiaire du Secours Populaire a entraîné l’arrivée de plus de don de vêtements mais de moins bonne qualité, d’où une réorganisation de la réception : fermeture des conteneurs et réception par les bénévoles. La plupart des activités ont repris. L’atelier informatique a évolué avec une séance ouverte où les gens viennent avec leur matériel.

Marseille. Avec les mesures de restrictions sanitaires, la Frat’ de la Belle de mai a été obligée de fermer son lieu d’accueil café, les repas sont arrêtés : ils ne sont maintenus que pour la douzaine de membres de l’équipe. Le nombre de personnes par salle – et donc accueillies – sont limités. Même chose pour le centre de loisir mais lors des vacances de la Toussaint, un accueil aura lieu pour les ados. Les changements de protocoles obligent de tout repenser en permanence, par exemple, l’annulation des sorties pour les ados. L’Ag a quand même pu se tenir. Entre les bénévoles en moins et les nouveaux, ça s’équilibre !

Lyon La Duchère. Dès la rentrée, augmentation de l’affluence aux permanences écrivains publics car des structures publiques (CAF par exemple) ont fermé les leurs. Les activités collectives sont revues autrement avec des discussions permanentes (faire du café le matin ou non ?) : comment être sanitairement responsable tout en maintenant la convivialité ? Les grands dîners débats – avec habituellement 40 ou 50 personnes – ont été transformés en plusieurs petits débats avec 10 – 12 personnes à des moments différents. L’AG aura lieu le mardi 8 octobre, accueillie par un centre social ayant des locaux plus grands. Préoccupation du pourvois en juillet 2021 du poste de pasteur directeur, Christian Bouzy ayant annoncé son départ. Préoccupation d’accueillir des nouveaux partenaires pour les locaux libérés par la MIRLY : un centre social du quartier commence à y faire des accueils, permettant la venue de personnes plus jeunes, d’autres contacts existent avec des associations. Une femme musulmane, participante aux activités, a rejoint le CA, elles seront deux.

Foyer de Grenelle, Paris 15. L’assemblé-générale a pu se tenir. La plupart des activités ont repris. Dans les ateliers « français langue étrangère », jusqu’en novembre, ce sont les élèves de l’an dernier qui terminent l’année scolaire interrompue l’an dernier par le Covid. Des nouveaux bénévoles ont rejoint l’accueil avec une nouvelle personne chargée de la coordination. Les “miettes” (solidarité par le vêtement) ont du être annulées. L’accueil des gens de la rue a pu reprendre, à nouveau dans la salle café et non plus dehors, mais en ne pouvant accueillir que 7 ou 8 personnes en même temps. Le repas du mercredi a repris, en se déplaçant dans une plus grande salle. Le contact est moins satisfaisant. La situation des gens de la rue semble s’améliorer avec plus de places d’accueil ouvertes. Un nombre important de nouveaux bénévoles a rejoint le Foyer, y compris des lycéens qui se sont engagés au soutien scolaire, ce qui est une nouveauté. Un apport bienvenu car une partie des anciens hésitent à venir. Le parcours vers l’emploi a continué tout l’été et repris à la rentrée.

Nantes. Le festival a pu se maintenir avec un plan sanitaire validé – et un soutien – par la préfecture et la ville. La venue des élu.e.s a permis de faire avancer la question du relogement des résidents du foyer de migrants le temps des travaux. Une nouvelle activité a commencé : paysage nourricier, de la distribution de légumes cultivés dans l’espace publique et de soupe lors des matinées d’entraide. Les petits déjeuners ont repris. L’AG va pouvoir se tenir début novembre, elle pourrait décider de nouveaux projets. Des partenariats se nouent avec Coexister et les Eclaireurs unionistes, cela pourrait alimenter la dynamique spirituelle locale. Deux jeunes en service civique ont rejoint la Frat au café associatif et dans le travail de lien social.

Le Picoulet, Paris 11e. Les activités de la Frat’ ont repris (Grain de Sel, Contes et Cultures, culte…) ainsi que les rendez-vous interconfessionnel avec la paroisse St. Joseph des Nations (Groupe Bible sur les psaumes) et interreligieux avec La Fontaine aux Religions (Atelier virtuel : Appréciez nos différences sur le thème de la création). L’AG a pu se tenir en présentiel le 24 septembre dernier et l’AG extraordinaire aura lieu le 22 octobre à 18h.

Montreuil. La plupart des activités de la Maison Ouverte de Montreuil (93) ont repris en adoptant les gestes sanitaires nécessaires. Certaines ont du s’adapter, comme l’accueil des migrants par la CIMADE qui passe par un filtre par téléphone. La Gratiféria (marché de la gratuité) de début octobre a été annulée mais la fête de rentrée a pu se tenir, ainsi que les portes ouvertes d’ateliers d’artistes ce prochain week-end. Les groupes bibliques ont repris, travaillant sur le thème de la prochaine Cafetière, l’émancipation et une marche méditative va se dérouler entre les parcs de Montreuil. La Maison Ouverte s’engage avec une soirée de soutien au peuple libanais, la participation à l’accueil des participants à la Marche nationale des sans-papiers qui passera par Montreuil les 15 et 16 octobre (manif à Paris le 17), une soirée avec Amnesty Internationale pour les droits des femmes en Arabie Saoudite et l’accompagnement d’un projet de tribunal international des peuples sur Djibouti…  De nouveaux projets sont en chantier : un ciné-club, une scène ouverte pour les jeunes artistes, une banque des savoirs-faires militants…

Retrouvez des informations régulières de la Mission populaire évangélique grâce à son site internet ( https://missionpopulaire.org ) et ses dernières actualités – en particulier de la vie dans les Fraternités – en visitant sa page Facebook ( https://www.facebook.com/MissionPopulaire ).