Petit commentaire biblique pour la semaine Evangile selon Luc chapitre 24 versets 13 à 35

13 Or, ce même jour, deux d’entre eux se rendaient à un village du nom d’Emmaüs, à soixante stades de Jérusalem, 14 et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé. 15 Pendant qu’ils s’entretenaient et débattaient, Jésus lui–même s’approcha et fit route avec eux. 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. 17 Il leur dit : Quels sont ces propos que vous échangez en marchant ? Ils s’arrêtèrent, l’air sombre. 18 L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit : Es–tu le seul qui, tout en séjournant à Jérusalem, ne sache pas ce qui s’y est produit ces jours–ci ? 19 –– Quoi ? leur dit–il. Ils lui répondirent : Ce qui concerne Jésus le Nazaréen, qui était un prophète puissant en œuvre et en parole devant Dieu et devant tout le peuple, 20 comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour qu’il soit condamné à mort et l’ont crucifié. 21 Nous espérions que ce serait lui qui apporterait la rédemption à Israël, mais avec tout cela, c’est aujourd’hui le troisième jour depuis que ces événements se sont produits. 22 Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont stupéfiés ; elles se sont rendues de bon matin au tombeau et, 23 n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire qu’elles avaient eu une vision d’anges qui le disaient vivant. 24 Quelques–uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses tout comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. 25 Alors il leur dit : Que vous êtes stupides ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! 26 Le Christ ne devait–il pas souffrir de la sorte pour entrer dans sa gloire ? 27 Et, commençant par Moïse et par tous les Prophètes, il leur fit l’interprétation de ce qui, dans toutes les Ecritures, le concernait. 28 Lorsqu’ils approchèrent du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin. 29 Mais ils le pressèrent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est déjà sur son déclin. Il entra, pour demeurer avec eux. 30 Une fois installé à table avec eux, il prit le pain et prononça la bénédiction ; puis il le rompit et le leur donna. 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux. 32 Et ils se dirent l’un à l’autre : Notre cœur ne brûlait–il pas en nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous ouvrait le sens des Ecritures ? 33 Ils se levèrent à ce moment même, retournèrent à Jérusalem et trouvèrent assemblés les Onze et ceux qui étaient avec eux, 34 qui leur dirent : Le Seigneur s’est réellement réveillé, et il est apparu à Simon ! 35 Ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment il s’était fait reconnaître d’eux en rompant le pain.

EN MARCHE !
Comment ne pas vous dire que CE texte est MON texte favori, préféré, « usé », « utilisé » très souvent, réconfortant… ?
Il est pour moi LE texte des évangiles qui traduit le mieux la résurrection comme présence de Jésus à nos côtés.
Présent chaque jour, chaque heure dans nos préoccupations, dans nos débats et déchirements, dans nos déceptions et nos fragilités, dans tous nos cheminements.
Il nous restaure et nous relève, il nous remet debout en marche vers les autres, ces autres qui attendent ce message et qui veulent le partager avec nous.
Chaque fois que je lis ce texte, j’y découvre une nouvelle dimension, une nouvelle présence de Jésus dans ma vie. Alors je me tais et vous laisse lire et relire et marcher avec Jésus à nos côtés. Jésus lui–même s’approcha et fit route avec eux !


Rembrandt, Les Pèlerins d’Emmaüs, huile sur toile, 1648, 68 cm x 65 cm, Musée du Louvre, Paris ©D.


Retrouvez la Miss Pop sur Facebook