Il y a des jours que l’on ne regrette pas ! Les 1er et 2 juin 2013 font partie de ceux-là.
Malgré mon orteil fracturé la veille (je vous rassure tout va bien aujourd’hui), j’ai vécu ces deux journées comme un temps de bénédiction, riche de partages, d’échanges et de débats.
Même si nous n’étions pas très nombreux (le quorum était malgré tout atteint), nous avons pu essayer ensemble de dessiner ce que pourrait être une « nouvelle Fraternité » dans la Miss Pop’ puisque nous avons le projet d’en créer plusieurs ces prochaines années. Et si le thème de l’AG 2013, « Vers de nouvelles Fraternités » concernait bien sûr l’avenir de la MPEF, la réflexion, les résultats de travail mené à cette occasion devraient influencer le plan d’action ébauché par le Comité National et donc toute la vie de la MPEF.
leftAussi bien les intervenants, variés, provenant de milieux religieux et ecclésiaux divers, témoins d’expériences de vie différentes et riches, que le culte mené par Eve Lanchantin, la prédication de Stéphane Lavignotte, les éléments formels (rapports d’activités et financiers), le rapport moral et le débat de conclusion avec Olivier Brès, le président, tout cet ensemble a donné de la consistance à notre réflexion. Cela nous a surtout permis d’aborder notre présent et notre futur avec un regard décalé de nos habitudes et ouvert à l’espérance. Le temps de travail en commun l’a prouvé.
Le thème précis du travail en commun était formulé ainsi :
« Dans un contexte de création et de développement, comment faire vivre notre charte : Ses membres s’organisent localement dans des communautés appelées le plus souvent Fraternités, où se retrouvent des hommes et des femmes de tous horizons, croyants et non-croyants ; elles développent des formes fraternelles de vie collective et des activités liées au contexte des quartiers populaires où elles agissent.
Ce fut articulé autour de trois questions :

  • Quelles communautés ?
  • Pour quel projet spirituel et social ?
  • Face à quels défis de notre société ? »

Comme le dit si bien Catherine Westphal, membre du Comité National, dans l’article de Présence : « Concrètement le samedi, cinq groupes ont été constitués, disposant d’une heure et demie pour échanger sur les trois points, avec comme consigne de remettre à la fin de leur échanges une synthèse relativement brève. Ces retours ont été retravaillés dans la soirée par deux membres du comité national et le dimanche une synthèse était proposée aux groupes qui ont retravaillé en 6 personnes/6 minutes pour affiner et améliorer les propositions. »
Vous trouverez ci dessous et dans la rubrique "Projets" le texte complet de synthèse de ce travail.
Chacun, seul ou en groupe dans une Fraternité, est invité à répondre à ces questions et à apporter sa pierre à l’édifice de la MPEF.

Francis Muller, secrétaire général


Texte de synthèse des travaux de groupes de l’assemblée générale de la MPEF des 1er et 2 juin 2013

1 Quelles communautés ?

Les fraternités rassemblent des personnes très diverses les unes des autres :

  • Croyants et incroyants,
  • Personnes accueillantes et accueillies,
  • Bénévoles et salariés

avec un besoin commun : celui du service, reçu ou donné.
La question portait sur « les » communautés, toutes les réponses sont au singulier :

A la Miss’Pop, la communauté est constituée de personnes qui partagent des valeurs spirituelles ou un projet militant.

Cette communauté est vivante.
Elle doit rester ouverte pour se renouveler.
Il semble important de souligner que l’un des noyaux de vie de la fraternité doit être constitué de personnes qui se retrouvent autour de la Bible et de Jésus.

Autres propositions :

A la Miss’Pop, la communauté est constituée de personnes qui partagent des valeurs spirituelles et un projet militant
A la Miss’Pop, la communauté est constituée de personnes qui vivent des valeurs spirituelles et un engagement pour la justice sociale.
A la Miss’Pop, la communauté est ouverte, elle réunit des personnes autour d’une écoute réciproque qui conduit à un partage spirituel de valeurs et d’un projet militant.
A la Miss’Pop, la communauté est constituée de personnes qui partagent des valeurs spirituelles, un engagement militant, des questionnements et un désir de vivre ensemble
À la MPEF la communauté est le lieu où l’on rend possible les échanges spirituels et un engagement militant



2 Pour quel projet spirituel et social ?

Alors que les fraternités ont développé de nombreuses activités, souvent liées à des possibilités de subventions pour leur financement et au désir des membres d’être actifs sur le terrain, les contributions des groupes de travail font apparaître un besoin de repos, de calme, de vide, de ressourcement, d’écoute et de disponibilité, propices à l’expression de chacun.

Le projet est d’ouvrir des lieux d’écoute et d’accueil permettant à chacun de se ressourcer spirituellement et humainement en vue de développer des formes fraternelles de vie collective.
Autres propositions :

Le projet est d’ouvrir des lieux d’écoute et d’accueil permettant à chacun de se ressourcer dans toutes les dimensions de la vie et faire l’apprentissage d’une forme fraternelle de vie collective en vue de témoigner d’une espérance dans la société

Le projet est d’ouvrir des lieux d’écoute et d’accueil permettant à chacun de se ressourcer spirituellement et de progresser humainement en vue d’une entraide mutuelle et d’actions de solidarité pour un monde plus juste et plus fraternel.

Le projet est d’ouvrir des lieux d’écoute et d’accueil permettant à chacun de progresser spirituellement et humainement en vue d’une vie collective plus fraternelle

Le projet est d’ouvrir des lieux d’écoute et d’accueil permettant à chacun de se ressourcer spirituellement et humainement en vue de développer des formes fraternelles de vie collective répondant aux besoins exprimés

Le projet est d’ouvrir des lieux d’écoute et d’accueil permettant à chacun de se ressourcer spirituellement et humainement en vue de développer ou essaimer des formes fraternelles de vie collective dans la Frat’ et ailleurs.



3 Face à quels défis de notre société ?

Alors que des phrases ont été proposées pour les deux autres questions, nous n’avons ici recueillis que des listes de défis. S’il faut trouver un dénominateur commun, nous formulerons ainsi :

Le défi principal de notre société est le danger de déshumanisation spirituelle et sociale

Spirituel :

  • Moralisme
  • Matérialisme
  • Solitude
  • Communautarisme
  • Interreligieux
  • Dignité
  • Confiance en soi

Social :

  • Dépendance
  • Précarité
  • Exclusion
  • Chômage
  • Fracture sociale

Autres propositions :

Le défi principal est :

  1. de prendre conscience que les logiques du monde actuel nous conduisent dans l’impasse
  2. retrouver une utopie pour réinventer un autre monde

Dans une société en danger de déshumanisation spirituelle et sociale (mondialisation, mutations technologique,…) nos défis sont :
Faire communauté (cf. § 1) et notre projet (cf. § 2)

Le défi principal de notre société est de se recentrer sur l’humanité et la solidarité

Les défis principaux de notre société tournent autour de : retrouver de l’humanité dans tous les domaines et de rendre à l’homme sa dignité dans son environnement proche et réel

Le défi principal de notre société est le danger de déshumanisation spirituelle et sociale : dureté, inhumanité, égocentrisme, …


Retrouvez la Miss Pop sur Facebook