Seigneur, tu sais bien le nombre de fois que j’ai voulu avoir le bon mot, la douce parole qui apporte réconfort et paix. Et pourtant c’est la discorde qui est venue. Pourquoi ? Tu sais bien aussi que parfois j’ai dit « tolérance », « amour », « justice », et dans mon for intérieur je pensais être le seul à avoir raison.
Tu connais en moi ces moments de faiblesse qui m’ont tourné vers mon nombril, m’empêchant de contempler et d’accueillir l’autre.
Tu connais aussi ma grande habilité pour utiliser et user de mots qui blessent.
Nous sommes tellement forts dans ce domaine que la blessure par parole nous paraît naturelle.

Malgré ce que nous sommes, ou plutôt à cause de ce que nous sommes, nous demandons ton pardon et ton aide.
Eloigne-nous de la facilité de la blessure, donne-nous de ne pas répondre au mot qui blesse par un autre encore pire. Mais revêts-nous de patience et de discernement pour puiser au fond de l’amour que tu as mis en nous les paroles qui bâtissent.

Donne-nous de savoir nous taire lorsque la seule parole qui vient habiter notre bouche est blessante, donne-nous aussi la force de laisser passer à côté les mots coupants qui nous sont adressés.

Et lorsque nous aurons blessé, rabaissé quelqu’un (même malgré nous) avec nos paroles maladroites, aide-nous à savoir les reprendre pour les transformer en parole de vie pour notre prochain. Et quand nous l’aurons fait avec l’intention de blesser, donne-nous de ressentir dans notre esprit la même sensation que nous avons provoquée chez l’autre.

C’est en agissant ainsi que nous apprendrons à nous rendre maître de nos mots pour qu’ils deviennent, entièrement, un outil au service de la volonté de Dieu.

Nous te demandons cela au nom de Celui qui demande de nous la cohérence, que notre oui soit oui et notre non, non